La vie devant soi…

Aujourd’hui, je ne vais pas philosopher sur ma petite vie. Je vais vous parler d’un livre. Un livre important dans mon parcours de lectrice, une de mes premières révélations : « La vie devant soi » de Romain Gary.


En voici un court extrait

 » Je m’appelle Mohammed mais tout le monde m’appelle Momo pour faire plus petit. Pendant longtemps je n’ai pas su que j’étais arabe parce que personne ne m’insultait. On me l’a seulement appris à l’école.La première chose que je peux vous dire c’est qu’on habitait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ces kilos qu’elle portait sur elle et seulement deux jambes, c’était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines (…) Madame Rosa était née en Pologne comme Juive mais elle s’était défendue au Maroc et en Algérie pendant plusieurs années et elle savait l’arabe comme vous et moi. Je devais avoir trois ans quand j’ai vu Madame Rosa pour la première fois. (…) Au début je ne savais pas que je n’avais pas de mère et je ne savais même pas qu’il en fallait une. Madame Rosa évitait de m’en parler pour ne pas me donner des idées. On était tantôt six ou sept tantôt même plus là-dedans. Il y avait chez nous pas mal de mères qui venaient une ou deux fois par semaine mais c’était toujours pour les autres. »

De quoi ça parle exactement ?

C’est à Belleville, au sixième étage sans ascenseur, chez madame Rosa, une vieille Juive qui a connu Auschwitz, et qui autrefois était une prostituée, qu’un petit garçon appelé Mohamed, mais que tout le monde surnomme Momo, est élevé dans une crèche clandestine à Belleville. Fils d’une prostituée, il est élevé avec plein d’autres enfants comme lui. . . Mais c’est Momo qui va rester avec Madame Rosa jusqu’à ce qu’elle finisse ses jours dans son « trou juif ». Momo rencontre tout au long du livre des personnages qui l’aideront à grandir et lui enseigneront la vie.

Pourquoi j’ai aimé le livre ?

C’est une jolie histoire d’amour entre un petit garçon et une vieille femme, qui n’auraient jamais dû se rencontrer. Le style semble très enfantin mais, il est très subtil, dépouillé de tout artifice. A travers une histoire toute simple qui parle de gens simples, beaucoup de thèmes importants sont abordés comme la tolérance, les liens du sang, les liens d’amitié, les liens d’amour…

Publicités
Cet article, publié dans Un peu de culture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La vie devant soi…

  1. flou dit :

    mon premier Gary! un excellent souvenir et une passion qui ne s’est ensuite pas démentie!

  2. N’ayant jamais lu Romain Gary (ok, je sors…lol), tu me fais très envie avec « la vie devant soi »! Je le note pour une prochaine lecture, merci beaucoup!!!

  3. Champagne et Fraise dit :

    Le titre du roman est prometteur…
    je vais aller voir ça…
    j’aime beaucoup les histoires de vie comme celle la !

  4. Assumpta dit :

    Je n’ai pas lu La Vie devant soi. Mon livre préféré de Romain Gary / Emile Ajar reste La Promesse de l’aube, en souvenir du professeur de français qui me l’a fait découvrir au collège.

    • Moi aussi, c’est un prof de français qui m’a fait lire ce livre : quelle belle découverte !!!!
      Je n’ai pas lu La Promesse de l’aube, ce sera pour une prochaine fois 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s