Le j’aime/J’aime pas

Oyez, Oyez jeunes damoiselles et damoiseaux, voici venu le temps d’une nouvelle ère : celle du « J’aime/J’aime pas ». Cette idée a germé dans ma tête depuis quelque temps. En effet, je souhaite que ce blog reste profondément optimiste, mais vous le savez aussi bien que moi, on ne vît pas au pays des bisounours. Résultat, j’ai parfois envie de vous parler de choses que je n’aime pas. Alors je me suis dit : «Voyons Rose Réglisse, il faut trouver un juste équilibre… ». Et soudain, « Ding ! Eurêka ! La lumière fût ! ». C’est ainsi que naquit le « J’aime/J’aime pas ». C’est pas beau quand même ? Pour cette première chronique, je vais vous parler de théâtre et de sport…

J’aime

J’aime Feydeau, j’aime Un fil à la patte et j’aime la Comédie française : forcément, ça fait beaucoup de facteurs… il fallait donc que je vous parle de cette pièce jouée à la Comédie française du 4 décembre au 18 juin.

L’histoire est digne d’une bonne comédie de boulevard. A la veille de son mariage, Fernand de Bois d’Enghien tente de rompre avec sa maîtresse, la chanteuse Lucette Gautier. Mais la jeune femme, très amoureuse, ne lui laisse pas l’occasion de lui avouer qu’il va se marier. Fatigué après une nuit d’amour et afin d’éviter un drame, Fernand de Bois d’Enghien se tait. Cependant, sa future belle-mère, la baronne Duverger, a invité Lucette à venir chanter au mariage. Lucette a accepté mais ignore que le futur marié n’est autre que son amoureux… C’est bien joué, rythmé, dynamique… Et surtout, il y a Guillaume Gallienne, quel acteur ! Il dégage une énergie folle, il a une élégance naturelle que j’adore. Guillaume joue un double  rôle (oui, je l’appelle Guillaume parce que dans mes rêves les plus fous, je rêve qu’on est des potes de toujours). Le premier est celui d’un pique-assiette cocasse. Et le deuxième rôle est celui d’une femme : Miss Betting, so british… Quel talent, quel grand acteur ! Il n’a pas froid aux yeux et il incarne ces deux rôles avec un humour décapant. Guillaume m’a vraiment fait rire à en pleurer (rooohhhh, après je m’arrête je vous jure…).

 

C'est lui, mon grand pote Guillaume !

J’aime pas

Le body combat !!!! Ahhhhhhaahhahaha !!!! C’est horrible. Je suis arrivée pensant faire un cours de fitness en balançant quelques petits coups de poing. Mais non, rien de tout ça, que nenni !!! Je me suis retrouvée avec plein de gens qui poussaient des cris de bêtes et une prof qui faisait plus ou moins la même chose. Qui plus est, elle nous encourageait à faire des crochets en visant le menton d’un adversaire virtuel. Je suis sortie de là, crevée et un peu choquée. Parce que bon, déjà, me battre je n’aime pas trop ça. Mais, me battre sur une musique techno à toute blinde avec des gens qui hurlent, NON MERCI !!!! Je vous laisse en prime cette petite photo, qui m’a laissé bien songeuse…

Alors le « J’aime/J’aime pas », ça vous a convaincu ?

Publié dans J'aime/J'aime pas | Tagué , | 11 commentaires

Et le bonheur dans tout ça ?

Salut les gens ! C’est au terme d’une grande réflexion avec moi-même, que j’ai décidé d’écrire cet article. Qu’est-ce que c’est exactement que le bonheur pour moi ? Je ne suis pas docteur ès bonheur mais je pense que ça s’acquiert, se mérite, il faut se battre pour l’avoir. Mais surtout, ça s’entretient. Il faut le cultiver comme un jardinier cultiverait son jardin.

A la recherche du bonheur

Source : weheartit

C’est en lisant Mange, prie, aime d’Elizabeth Gilbert que l’idée m’est apparue :

« Les gens ont universellement tendance à penser que le bonheur est un coup de chance, un état qui leur tombera peut-être dessus sans crier gare, comme le beau temps. Mais, le bonheur ne marche pas ainsi. Il est la conséquence d’un effort personnel. On se bat, on lutte pour le trouver, on le traque. Et une fois qu’on a atteint cet état de bonheur, on doit le faire perdurer sans jamais céder à la négligence, on doit fournir un formidable effort et y nager sans relâcher, toujours plus haut pour flotter sur ses crêtes. Sinon, ce contentement acquis s’échappera goutte à goutte. »

En gros, ce que dit la dame c’est qu’on mérite tous d’être heureux et il faut légitimement tout faire pour y arriver. Mais, lorsqu’on a atteint certains de ses objectifs, il faut des fois savoir s’arrêter faire le point sur sa vie et se dire : « Hé mec, c’est pas si mal finalement ! » (oui, des fois je m’appelle « mec », j’ai un peu l’impression d’être un cow boy !).

Et comment l’entretenir ?

Source : weheartit

En relativisant et surtout en profitant de petits instants que nous offre la vie comme :

Faire des bulles de savon

Boire un coca avec plein de glaçons sur une terrasse ensoleillée

Faire du vélo sur une route de campagne et sentir ses cheveux qui volent au vent

Lire un livre subtilement écrit

Manger une part de tarte aux pêches

Rigoler à en avoir mal au ventre

Il faut parfois savoir prendre le temps, et s’offrir des petits moments heureux.

Cet article fait écho à celui de Cameline sur la beauté, vous m’en direz des nouvelles…

Publié dans Quand je philosophe | 5 commentaires