La vie devant soi…

Aujourd’hui, je ne vais pas philosopher sur ma petite vie. Je vais vous parler d’un livre. Un livre important dans mon parcours de lectrice, une de mes premières révélations : « La vie devant soi » de Romain Gary.


En voici un court extrait

 » Je m’appelle Mohammed mais tout le monde m’appelle Momo pour faire plus petit. Pendant longtemps je n’ai pas su que j’étais arabe parce que personne ne m’insultait. On me l’a seulement appris à l’école.La première chose que je peux vous dire c’est qu’on habitait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ces kilos qu’elle portait sur elle et seulement deux jambes, c’était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines (…) Madame Rosa était née en Pologne comme Juive mais elle s’était défendue au Maroc et en Algérie pendant plusieurs années et elle savait l’arabe comme vous et moi. Je devais avoir trois ans quand j’ai vu Madame Rosa pour la première fois. (…) Au début je ne savais pas que je n’avais pas de mère et je ne savais même pas qu’il en fallait une. Madame Rosa évitait de m’en parler pour ne pas me donner des idées. On était tantôt six ou sept tantôt même plus là-dedans. Il y avait chez nous pas mal de mères qui venaient une ou deux fois par semaine mais c’était toujours pour les autres. »

De quoi ça parle exactement ?

C’est à Belleville, au sixième étage sans ascenseur, chez madame Rosa, une vieille Juive qui a connu Auschwitz, et qui autrefois était une prostituée, qu’un petit garçon appelé Mohamed, mais que tout le monde surnomme Momo, est élevé dans une crèche clandestine à Belleville. Fils d’une prostituée, il est élevé avec plein d’autres enfants comme lui. . . Mais c’est Momo qui va rester avec Madame Rosa jusqu’à ce qu’elle finisse ses jours dans son « trou juif ». Momo rencontre tout au long du livre des personnages qui l’aideront à grandir et lui enseigneront la vie.

Pourquoi j’ai aimé le livre ?

C’est une jolie histoire d’amour entre un petit garçon et une vieille femme, qui n’auraient jamais dû se rencontrer. Le style semble très enfantin mais, il est très subtil, dépouillé de tout artifice. A travers une histoire toute simple qui parle de gens simples, beaucoup de thèmes importants sont abordés comme la tolérance, les liens du sang, les liens d’amitié, les liens d’amour…

Publié dans Un peu de culture | Tagué , | 7 commentaires

De l’art de trainer en pyjama

Quand The girl next door s’interroge sur le sort des animaux, et qu’Une fille à Paris prend de bonnes résolutions littéraires, je vais vous parler de choses beaucoup plus futiles : mon goût de trainasser en pyjama à la maison.

Le pyjama c’est rassurant

Je ne comprends ces gens qui me disent rester en jeans à la maison. En jeans !!!!!! Quelle horreur !!!!! C’est serré, pas agréable du tout. Pire encore, certains gardent même leurs chaussures… ça me dépasse… Mon premier réflexe quand je rentre à la maison est d’enfiler mon pyjama. C’est rassurant le pyjama, ça sent le cocooning, les soirées tranquilles au coin du feu… Je sais, je n’ai pas de cheminée dans mon petit 35 mètre carré, mais j’ai un super fond d’écran kitsch sur mon ordinateur qui imite un feu entrain de crépiter ! Lorsqu’on est en pyjama on peut faire plein de choses complètement folles ; comme prendre des positions rigolotes sur son canapé ou bien faire une micro sieste juste comme ça sans se dire « Oh mince, je suis encore habillée ! ». Et le must du must du top, c’est que lorsqu’on regarde Arte (oui, parce que je ne regarde qu’Arte, je suis une intellectuelle moi) et que l’on s’endort tout doucement, on peut se glisser dans son lit sans se poser de questions et tomber dans les bras de Morphée…

La question du style

Pour ne rien vous cacher, je n’ai pas trop le look à la maison. J’ai le chic pour trouver des bas de pyjama informes, larges, avec des imprimés moches. Et pour le haut, rien ne vaut un bon vieux T-shirt du blond. Pas méga glamour, j’en conviens…

Evidemment, l’idéal serait d’avoir une magnifique nuisette comme celle-ci :

© DR Princesse Tam Tam

Pas mal hein ? Sauf qu’elle est dans un champs de fleurs, mais bon, on fait ce qu’on peut…

Bon week-end à toutes !

Publié dans Quand je philosophe | Tagué , | 18 commentaires